Verger'art

24 octobre 2016

Sylvie SALAVERA : Peintre,Conteuse

Publié par vergerard dans Amis Peintres

J’ai eu le plaisir, avec d’autres amis artistes , d’effectuer un stage initiation à l’encre de chine dans l’atelier  de peinture de Sylvie SALAVERA

C’est une artiste diplômée des beaux arts de Toulouse

Son univers onirique , ne lui fait pas oublier ce don généreux qu’elle possède,  de la transmission de son savoir faire.

Toujours a l’écoute de ses amis artistes  et aux soutiens des expériences …

20161023_153745

24 mars 2013

Rovira Dominique « DOTI »peintre

Publié par vergerard dans Amis Peintres

J’ai eu le plaisir et le privilège de rencontrer « DOTI » au hasard  de l’acquisition du  tableau  » ENCRES   » (2002) , dont la construction lumineuse m’a interpellée !!!

Rovira Dominique

Rovira Dominique « DOTI »  de son nom d’artiste ,  est d’origine Catalane.  son site http://doti.peintre.free.fr/presentation.html

Dès sa plus jeune enfance il est attiré par le dessin, la peinture. A obtenu après de brillantes études à l’académie TURNER , un « Bachelor of Arts », se considérant donc comme autodidacte .

Il renforça son apprentissage sur les techniques par des lectures , rencontres, échanges et beaucoup de pratique. L’artiste qui sommeillait en lui pouvait s’exprimer.

Il le fit parallèlement à une brillante carrière commerciale, et la construction d’une belle famille .

Il a exposé à Toulouse, Barcelone, Andorre, Paris, San Francisco,Londres,

constuction

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 « ENCRES -construction  » (2002) (Collection Particulière G…V… )

 

 

Le sens intime des toiles de Doti pré- figures de l’espace et du temps. Chaque peintre ou sculpteur devrait garder présente à l’esprit cette phrase d’un génial critique : « Toute l’histoire d’un artiste, toute l’histoire d’une école, toute l’histoire de l’art est dominée et conditionnée par ce drame – par l’impérissable désir de retenir la vie universelle qui nous échappe à tout instant dans l’image capable de la définir pour toujours. »

 » le peintre doit barricader l’espace par un réseau de signes intelligibles, atomiser son cerveau en œuvre d’art. D’une beauté, fût-elle tragique, il doit donner des couleurs au futur »

13 mars 2010

Michèle GUILLOTEAU – Peintre

Publié par vergerard dans Amis Peintres

http://www.artmajeur.com/guilloteau/

Guilloteau

http://www.micheleguilloteau.fr/index.php
L’ Imaginaire…
Née en 1965 dans l’Isère, Michèle Guilloteau peint depuis une quinzaine d’années.
Elle se forme à différentes techniques auprès d’artistes et choisit comme medium l’acrylique et le travail de la matière. Ses recherches picturales la poussent vers l’utilisation de matériaux divers tels que papier, gaze, sable…Actuellement, son travail se porte sur le pli du papier.
En quête d’un Equilibre, elle souligne dans ses œuvres la dualité qui est en chaque chose mais aussi en nous. Voyages énigmatiques dans des paysages et personnages imaginaires, dans notre inconscient…

 guilloteaum4361695scarabe2.jpg

 » Scarabé »(2009) (Collection Particulière)

Illustrations qui peuvent nous rappeler nombres de livres ilustrés de notre enfance. Michèle Guilloteau fait preuve d’une acuité séduisante de notre jeunesse. Sa vision n’est pas sans rappeler un certain Tim Burton sans toutefois le copier. L’artiste nous entraine allègrement dans son monde balloté par les déferlements imaginaires. Tout son travail peut nous rappeler les différentes périodes qui jallonent les émotions nouvelles et tragiques de notre jeunesse. Les couleurs rugueuses et forcées ainsi que les tracés nerveux en témoignent. Il est peut être dommage que son oeuvre ne se déplace pas vers une vision approfondie de ce thème et lorsqu’elle aborde l’abstrait et autres fruits et légumes, nous retombions inévitablement vers la légereté et l’oublie de l’essentiel. Pourtant dominé par une palette forte et singulière son travail témoigne partiellement d’une pensée que je pense en devenir. Il est certain que l’artiste a quelque chose à dire mais ses phrases sont incomplètes et sa plume ne veut pas tout nous dire… ou pas encore. Antoine CARLIER MONTANARI

 

14 février 2010

« Rich-art31″-Sculpteur -Peintre

Publié par vergerard dans Amis Peintres, Amis Sculpteurs

Richard SAUSSAYE -Peintre aussi (tout …. quoi….!!!)

img0109.jpg

Compagnon (2007-2009) d’atelier  TDS31

(President TDS31 ( 2008-2009-2010….

crbst20092020ratdius20le20carabin.jpg

 “Rat-dius  le carabin de Richard SAUSSAYE (2009)

(collection particulière)

Richard
Bien sur? félicitation pour ton site artistique, belle vitrine de tes talents cachés!
Si besoin en était, MERCI du cadeau que tu m’as fait de ta sculpture “rat dius le carabin ” de la série des “ratatouilles”.
Ton style personnel s’affirme de plus en plus et je t’avouerai mon faible sur l’animalier que ton regard attendri rend terriblement sympathique et qui fait de toi un fabuliste de la sculpture digne de LA FONTAINE.
Le médecin des champs que tu m’as offert trône dans mon cabinet médical et me rappelle ton amitié d’atelier et, si besoin en était, mes origines ratatouilles et la nécessité des purgatifs dans l’art médical.Un compagnon d’atelier TDS 2008-2009 docteur VERGER gérard 31270 CUGNAUX


Peintre du dimanche insomniaque et autodidacte

24 Mai 1948 j’aurais pu naître dans une rose, ma mère était fleuriste.

 

En bon garçon et pour plaire à mon père typographe linotypiste, j’ai choisi 
de naître dans une feuille de choux. Dés mon plus jeune âge j’éprouve un bonheur 
intemporel à dessiner, peindre ou modeler. Ces activités sont même le seul moyen 
dont disposent mes parents pour canaliser mes débordements d’énergie. Mon goût prononcé pour 
les arts graphiques me vaut d’accompagner ma tante dans la visite de tous les grands musées parisiens. 
Je dois également à ce mécène familial ma première boîte de peinture à l’huile et un chevalet que j’utilise encore.
De cette période il ne reste que quelques tableaux figuratifs tendrement conservés au sein de la cellule familiale 
 J’aurais pu naître dans une rose, ma mère était fleuriste. 
En bon garçon et pour plaire à mon père typographe linotypiste, j’ai choisi 
de naître dans une feuille de choux. Dés mon plus jeune âge j’éprouve un bonheur 
intemporel à dessiner, peindre ou modeler. Ces activités sont même le seul moyen 
dont disposent mes parents pour canaliser mes débordements d’énergie. Mon goût prononcé pour 
les arts graphiques me vaut d’accompagner ma tante dans la visite de tous les grands musées parisiens. 
Je dois également à ce mécène familial ma première boîte de peinture à l’huile et un chevalet que j’utilise encore.
De cette période il ne reste que quelques tableaux figuratifs tendrement conservés au sein de la cellule familiale.
 J’aurais pu naître dans une rose, ma mère était fleuriste. 
En bon garçon et pour plaire à mon père typographe linotypiste, j’ai choisi 
de naître dans une feuille de choux. Dés mon plus jeune âge j’éprouve un bonheur 
intemporel à dessiner, peindre ou modeler. Ces activités sont même le seul moyen 
dont disposent mes parents pour canaliser mes débordements d’énergie. Mon goût prononcé pour 
les arts graphiques me vaut d’accompagner ma tante dans la visite de tous les grands musées parisiens. 
Je dois également à ce mécène familial ma première boîte de peinture à l’huile et un chevalet que j’utilise encore.
De cette période il ne reste que quelques tableaux figuratifs tendrement conservés au sein de la cellule familiale.
’aurais pu naître dans une rose, ma mère était fleuriste. En bon garçon et pour plaire à mon père typographe linotypiste, j’ai choisi de naître dans une feuille de choux. Dés mon plus jeune âge j’éprouve un bonheur intemporel à dessiner, peindre ou modeler. Ces activités sont même le seul moyen dont disposent mes parents pour canaliser mes débordements d’énergie. Mon goût prononcé pour les arts graphiques me vaut d’accompagner ma tante dans la visite de tous les grands musées parisiens. Je dois également à ce mécène familial ma première boîte de peinture à l’huile et un chevalet que j’utilise encore.De cette période il ne reste que quelques tableaux figuratifs tendrement conservés au sein de la cellule familiale.  1960 – La photographie En cadeau de communion, je reçois un appareil photo 24×36. C’est la révélation ! Une passion est née, elle dure toujours.Séduit par ce moyen d’expression rapide auquel j’attribue des vertus artistiques, je délaisse toiles et pinceaux pour crawler dans l’hyposulfite. 1969 – Le cloisonnisme C’est le choc de la rencontre avec l’œuvre de Bernard Buffet.Son style nerveux et sans académisme me fascine, je veux peindre comme lui !Les tableaux de clowns à la Buffet se succèdent mais mon ego n’arrive pas à se satisfaire de ce plagia. Je m’oblige donc au travers de nombreux essais « tous plus beaux les uns que les autres ! » à trouver mon propre style. Au fil du temps les contours noirs me deviennent indispensables. Ne me demandez pas d’expliquer pourquoi, à chaque tableau ils s’imposent immanquablement. Avis aux psy en herbe ?C’est par hasard que je découvre que ces traits noirs qui cernent mes sujets portent un nom « le cloisonnisme ». Ce style qui m’était encore inconnu en 2002 fut pourtant ponctuellement exploré par deux géants de la peinture,Van Gogh et Cézanne. 2002 – La rechute De 1980 à 2000, pris par de nombreux déplacements et séjours à l’étranger, je délaisse la peinture.C’est au docteur Simone Bécao que je dois mon retour à la peinture. Alors qu’elle pressait mon épouse de lui céder le Don Quichotte 1969, elle essuya un vif refus «  je le garde c’est le dernier qui me reste de cette époque ! ». Histoire de ne pas passer pour le dernier des mufles, j’ai promis à notre amie de réaliser un tableau pour elle.Depuis les toiles se succèdent, je me parfume au siccatif de courtrai et mon encadreur is rich. 2003 – La première expo Ayant pris pour habitude de soumettre chaque tableau terminé à l’appréciation de mon entourage professionnel, j’entendais systématiquement «  tu devrais exposer ».C’est chose faite grâce à l’entreprise Air France qui hébergea mes œuvres pendant 15 jours sur ses deux sites toulousains. 2007 – La retraite Mon départ en retraite fut l’occasion de m’initier à l’aquarelle, une technique difficile mais qui offre d’infinies

 

13 février 2010

Sylvie DELARSE – Peintre

Publié par vergerard dans Amis Peintres

http://www.sylviedelarse.com/

sylviedelarse128749portraitnb.jpg

Née en 1962 à Paris, Sylvie peint depuis une vingtaine d’années. Après une période tournée vers la figuration, elle s’intéresse aux grands peintres abstraits et aux chefs de file du Nouveau Réalisme comme Jacques Villegle, Mimo Rotella, Raymond Hains et Rauschenberg.

Sylvie Delarse  utilise avec bonheur et maitrise les techniques du collage et de l’acrylique en applications mixtes. Ses créations d’inspiration résolument contemporaines fusionnent matières et lumière afin d’évoluer dans un parcours exploratoire qui propose au regard du spectateur une interprétation pertinente d’images oniriques.
C’est dans la sérénité de son atelier ouvert sur les ciels de la région toulousaine qu’elle puise l’ inspiration de ses lumières et la violence de ses accords picturaux.

L’originalité de son œuvre s’ancre également dans l’urbanité proche de la cité rose où les nouveaux scribes laissent leur sillage sur les espaces publicitaires : affichages publics lacérés et scarifiés éreintés par les éléments, offrent à l’artiste des bribes graphiques et colorées dont elle utilise l’aspect fortuit ou anecdotique. Elle détourne ainsi la source pour abreuver l’expression d’une proposition dynamique et personnelle du monde.

Son goût et son attirance singulière pour les murs et les panneaux d’affichage des grandes cités la poussent à s’improvise collectrice d’images au cours de voyages en France ou à l’étranger. Recouverts par les affiches scarifiées, lacérées, éreintées par les éléments, les tags, les messages personnels, ces bouts de cité constituent pour elle un univers énigmatique, un vaste espace créatif porteur de modernité……

Ses toiles nous livrent des compositions intenses et vibrantes convoquant notre imaginaire. Elles invitent à mobiliser nos regards, saturés d’images formatées, vers un univers plus intérieur.

Pecail-31470 Saint Thomas -05 61 76 92 49
sylviedelarse.jpg

 

13 janvier 2010

Claude FICHAUX – Peintre-sculpteur

Publié par vergerard dans Amis Peintres, Amis Sculpteurs

- Sculpteur aussi (tout …. quoi….!!!)

pc100010.jpg

Gérard VERGER  et son ami  Claude FICHAUX

devant “la Naissance de Vénus “(décembre 2009)

“en hommage au Sculpteur de pierre”  (Collection Particulière)

dédicace: »A mon Ami Gérard VERGER , médecin du corps et des arts , réanimateur d’inspiration »

Ingénieur ? C’est partit. J’aime les maths, la physique, et tous les métiers manuels. Et je n’ai eu aucun regret. En particulier, sur les chantiers j’ai pu connaître dans un esprit de compagnonnage des gens fascinants, amoureux du travail bien fait et toujours fidèles.1986-1987 – La préretraite ! Dans ma tête, elle est préparée. Un atelier de peintres. Des amis et des maîtres. Des expos : Grand Palais les Indépendants et les Artistes Français, banlieue parisienne, Le Lavandou, Bormes les mimosas… Sociétaire des Artistes FrançaisEt quelques règles principales inculquées par mes maîtres :  L’on est artisan avant d’être artiste.  Dans le plan du tableau toujours recréer la 3ème dimension  Inciter l’œil du spectateur à créer le mouvement,  Et surtout ne pas confondre Sobriété et Indigence : Le tableau est terminé lorsque le peintre ne peut plus rien ajouter ou retirer, sans porter atteinte à sa composition.

 

13 janvier 2010

Muriel BOMPART – Peintre-graveur

Publié par vergerard dans Amis Peintres

Muriel BO

Peintureshttp://www.artmajeur.com/murielbompart/

Gravures: http://lapoudredestampette.over-blog.com/

 

Brainstorming autour d’une recherche sur le thème de la déchirure. Tempête des cerveaux d’artistes à la rencontre de l’autre, de son regard, de son touché …; recherche de sens, de vérité, d’idées, de beautés et de suggestions …, tout peut-être « suggéré » à la frontière de l’art; là où l’artiste se fait parabolique, pour résoudre la trame des toiles et trouver avec son public le nœud du problème de l’être ?
… Afficher davantage
Lumière blanche, presque tamisée, d’où émerge la couleur, telle cette lumineuse idée pour éclairer les cimaises avec de la « Présence » entre la déchirure et le vide.
Remue-méninges, remue-ménage des casse-têtes chinois et des abstractions toujours trop rigides. « This morning crack », ce matin « M » est bien celui des µ et du nombre d’or à décoder encore ; dehors, nul matin, tout feu tout ciel, ne peut répondre aux craquements de la nuit et aux questions existentielles que l’on se pose à l’ombre des chevalets.
Craquements, déchirements, écorchures, bruits de toiles dans le tissu étoilé ; désolation des collages à perdre haleine ; le temps peste entre l’huile et la matière grise, tempest of cerebrum à l’odeur des térébinthes.
« Torn » hors usage, hors marge, étirement, déchirement, torsions des toiles au fil brisé, entre le temps passé et l’avenir incertain.
Une dizaine de toiles de toi, comme des story-boards, qui disent des histoires pour nous, par planches et par tableaux interposés ; raz bord des dessins comme fil rouge, film déroulé en des bourrasques de pinceaux et des cyclones de palettes tout en couleurs pastel, de bourrasques tout en douceur, au féminin le plus pur.
Démence de peindre des tores multicolores, mystères, hystéries en forme d’enroulements matriciels, de nattes à rêver l’amour. Images torses, qui s’enroulent ou se replient à l’extrémité à la devanture des galeries, et en des salles d’exposition, déambulant, comme vont et viennent les corps.
Chaque ton est fan de toiles, et chaque toile est femme de toi; comme un double de la peau aux couleurs nues, celles que l’on caresse et touchent du bout de l’œil, avec larmes et huiles parfumées.
Magnifique déchirure – accroc d’huile, de la vie crue, telles les brumes qui se lèvent pour affiner la pluie tiède des rêveries, et qui manquent encore de lumière, là où la toile se fait manques à peindre, chairs et plaines à conquérir, pleines de ce souffle et de cette irréalité qui font les carnations les plus naturelles, comme des terres à nourrir l’humanité affamée de beauté.
Beauté à plat, beauté à vif, beauté en pleine perspective sans perspective, éparpillée de part et d’autre, à l’image d’une humanité éparpillée (fragmentée), déchirée, selon la perspective de l’instinct.
Tels des collages de « l’imaginaire, du symbolique et du Réel » , qui disent tout en délicatesse quelque chose

13 juillet 2009

Cecile TOULZA – Peintre

Publié par vergerard dans Amis Peintres

portrait2.jpg

http://ceciletoulza.unblog.fr/carte-didentite/

Ma Vie, Mes Couleurs, Ma Thérapie

Une nouvelle a bouleversé mon existence à tout jamais voilà cinq années : le Cancer et la Maladie de Parkinson. La thérapie la plus efficace est de ne jamais baisser les bras malgré un sentiment d’impuissance, de garder la tête haute face à cette injustice de la vie et de ne pas se donner autre choix que de croire en une guérison certaine. Grâce à mon Mari, ma Fille, ma Famille, mes Amis, tous les rayons de soleil que j’ai au fond du coeur et les projets que nous devons encore mener, je m’invite à dire que la Vie vaut quand même bien d’être vécue. La peinture est devenue mon parfait exutoire associant pures émotions et optimisme. Elle est entrée un peu plus dans mon quotidien et devenue source de bienfaisance et de grands partages. Depuis, la maladie m’a permis de relativiser, de partager et d’ouvrir bien grand les yeux sur le Monde et les gens qui le peuplent, et d’avoir la force d’exposer mes toiles. Ces couleurs sont le reflet de ma vie et témoignent de cette providence qui ne m’a jamais encore lâchée. Aujourd’hui enfin, je me sens la force de parler ouvertement de Ma maladie de Parkinson, malheureusement incurable, et de me battre, non pas, pour la vaincre mais pour faire que le quotidien devienne meilleur le plus longtemps possible. Je vous ai présenté mon histoire pour laisser mon fardeau de côté et aller toujours plus de l’avant sans regarder derrière. Je dédie ce blog à toutes les personnes qui me soutiennent et qui me permettent de croire chaque jour que cette épreuve rend la Vie merveilleusement plus belle à croquer par la suite. Merci. Cécile.

Art graphite |
Fans de Mangas à marseille |
Miaj fotoj pri nudeco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Babeth au pays des merveilles
| Raconte moi une Poupée
| Trapeze volubile